Les uniformes de Salvini

Matteo Salvini ne quitte plus l’uniforme. Sa garde-robe regorge désormais des habits de toutes les armes de la police qu’il enfile en fonction des circonstances, n’hésitant pas à les agrémenter des insignes de différents grades supérieurs. Au début, le ministre de l’Intérieur de La Lega tenait avant tout à affirmer sa solidarité policière et répressive sur les lieux de telle ou telle tragédie. Désormais, l’habit du gendarme est son look quotidien qu’il aille visiter le chantier du TGV Lyon-Turin dont il veut, contrairement à son allié Di Maio, l’aboutissement des travaux où qu’il fasse une incursion au Parlement qui ne tolère pourtant pas l’uniforme en ses murs ou même, comme dimanche dernier, qu’il assiste à la partie Roma-Milano. L’affaire pourrait paraître anecdotique, au chapitre des provocations permanentes d’un homme qui affiche chaque jour un peu plus un fascisme de moins en moins rampant. Elle témoigne de la conception autoritaire des rapports que Salvini entretient avec l’État et la démocratie.

Chaque jour le ministre de l’Intérieur transgresse la loi : qu’il empêche des réfugiés de débarquer des navires qui les ont secourus ou qu’il décrète la fermeture des ports italiens ou encore qu’il ferme des centres d’accueil et formation, jetant dans la rue des réfugiés en attente de régularisation ou disposant de visas humanitaires. Peu lui importe. Comme Berlusconi jadis, il estime que le leader choisi par le peuple est au-dessus des lois et n’a pas à se plier aux injonctions des juges « qui n’ont été élus par personne ». Et comme Berlusconi jadis — mais avec encore plus de violence — Salvini fait de son affrontement avec la justice un argument électoral. Le Sénat doit se prononcer dans les prochains jours sur l’autorisation à procéder contre le ministre de l’Intérieur, comme le lui demande un tribunal de Catania pour « séquestre de personnes » dans l’affaire du garde-côte « Diciotti ». Salvini avait refusé le débarquement des réfugiés sur le sol italien au nom de « la défense de la patrie ». Outre les propos racistes qui émaillent sa communication, il pratique au quotidien la confusion des pouvoirs. Jamais depuis le régime mussolinien, l’Italie n’avait connu de telles menaces sur l’État de droit.

Mais Salvini joue sur du velours. La gauche tétanisée a disparu des écrans de radars politiques. L’opposition modérée ou radicale est inaudible. Et, comme l’indiquent les derniers sondages, la majorité des Italiens (58%) souhaitent un «homme fort » au pouvoir. De plus, malgré ses divisions et sa fragilité, le gouvernement Salvini-Di Maio n’a jamais été aussi populaire : 60 % de confiance. Mais le rapport de force interne s’est inversé : la Lega domine désormais de la tête et des épaules ses alliés des 5 Stelle condamnés au suivisme, y compris sur le terrain du racisme. Et, en attendant l’échéance européen du 26 mai, Matteo Salvini possède une arme de destruction électorale massive : un scrutin anticipé…

Ce contenu a été publié dans Blog. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Les uniformes de Salvini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *