Réflexions postélectorales : 1. Italie [1] Meloni confirme, la gauche relève la tête

La victoire de Meloni est incontestable. La présidente du conseil qui avait fortement personnalisé sa campagne (tête de liste dans toutes les circonscriptions avec l’invitation à voter « Pour Giorgia ») renforce son score des législatives de 2022 (passant de 26 à près de 29 %). C’était là son premier vrai test politique. Même si la faible participation (un peu moins de 50 %) entraine une perte de 700.000 voix pour les Fratelli d’Italia.[2] Sur le plan intérieur, Meloni confirme sa suprématie sur ses alliés, en particulier sur la Lega qui désormais n’atteint plus la barre des 10 %. Forza Italia, héritage de Berlusconi, se maintient mieux que prévu et dépasse même légèrement la Lega (9,6 % contre 9 %). Sur le plan européen, la situation est un peu plus compliquée pour celle qui entend transposer le modèle italien de l’alliance entre l’extrême-droite et la droite traditionnelle au sein du Parlement de l’Union. Durant près d’un an, Meloni a été la partenaire privilégiée d’Ursula von der Leyen qui comptait sur les Fratelli d’Italia pour élargir sa majorité défaillante et obtenir son deuxième mandat à la tête de la Commission. Mais voilà : von der Leyen prête à tout pour conserver sa présidence virevolte sans cesse au gré des majorités potentielles. Aujourd’hui, depuis que sa majorité est confirmée par le scrutin, elle veut faire barrage aux « extrêmes » (ceux-là mêmes qu’elle courtisait il y a peu). Elle peut ajouter à ses supports historiques (socialistes, démocrates chrétiens du PPE et libéraux) des Verts qui sont désormais disposés à jouer les supplétifs de cette majorité qui sera encore plus à droite que la précédente. Et ce, malgré leur sévère défaite, en dépit de la politique anti-écologique adoptée par la Commission et des mesures d’austérité qu’elle va encore accentuer. Cela dit, tout demeure possible.

Mais pour en revenir à l’Italie, si la victoire de Meloni ne souffre pas discussion. Le centre gauche (PD) et la gauche (AVS alliance des Verts et de la Gauche -Sinistra italiana- Verdi per l’Europe) peuvent aussi se targuer d’un réel succès. C’est un rebond inespéré qui ne préjuge pas encore d’une véritable renaissance, mais qui est encourageant pour ces partis. Le PD, passant de 19 à 24 %, doit incontestablement son embellie à Elly Schlein. La secrétaire générale qui doit affronter l’opposition permanente de l’aile sociale libérale au sein de son parti a réussi  à réorienter (au moins) le discours d’un PD qui avait abandonné les revendications des couches populaires. Cette fois, Elly Schlein a mis les questions des inégalités, des salaires, du climat et de la santé au centre de sa campagne et cela a été payant. Du côté de la gauche minoritaire (AVS), la progression est aussi significative : un gain de 5 sièges (contre 1) en passant de 3,5 à 6,7 %. Une légère brise de gauche a soufflé sur l’Italie. Même s’il est trop tôt pour l’affirmer catégoriquement, Il y a peut-être là l’espoir possible de reconstruction d’une alternative. A contrario, l’échec total des listes emmenées par les aventuriers du centre droit que sont Calenda et Renzi (moins de 4 %) confirme cette impression. Quant aux Cinque Stelle de Giuseppe Conte, ils passent de 15,42 à 10 % des voix. Même si au cours des derniers mois, ils ont régulièrement dépassé le PD sur sa gauche et ont été les plus radicaux dans le refus de la politique ultra atlantiste vis-à-vis de l’Ukraine, ils payent une ligne politique à géométrie variable.

La reconstruction d’une alternative crédible à gauche est loin d’être acquise même si quelques signes encourageants ont émergé lors de ce scrutin. En attendant, Meloni confirme son autorité sur un pouvoir qu’elle sait habilement gérer.

 

 

 

[1] Deux autres Blogs seront consacrés à la France et à la Belgique

[2] Ce qui vaut naturellement pour tous les partis

Ce contenu a été publié dans Blog. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Réflexions postélectorales : 1. Italie [1] Meloni confirme, la gauche relève la tête

  1. Guisard dit :

    Cette analyse osée a l’air crédible;comment la transposer en France ? ??

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *