Le Front du Nord sur la Trois ce 6 juillet

A l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance algérienne, ce vendredi 6 juillet à 22.25 sur la Trois, la RTBF rediffuse mon film « Le Front du Nord » – Des Belges dans la guerre d’Algérie. Le Front du Nord est aussi un livre écrit avec Jean.L.Doneux ( Editions Pol-His).
Voici, comment à l’époque -en 1992-, je présentais le film :

Algérie française, Amnésie française : la guerre d’Algérie s’est prolongée de 1954 à 1962. Une guerre coloniale dont bien des aspects restent encore enfouis dans une mémoire réticente. Avec les guerres civiles, les guerres coloniales sont les plus cruelles. Celle-ci fit plusieurs centaines de milliers de victimes. Terrorisme et contre-terrorisme se répondaient comme les trahisons et les règlements de comptes au sein de chaque camp. Mais surtout, au pays des « Droits de l’Homme », la torture était devenue une pratique courante. Non pas une « bavure » mais une politique. Ce ne fut pas la seule raison,loin de là, mais elle accentua la révolte de jeunes français contre ce qui était censé être leur propre camp. Certains traduisirent cette révolte en solidarité active avec « l’ennemi ». On les appelait les « porteurs de valise. » Ils aidaient concrètement le FLN à passer les frontières, à se cacher, à transporter des fonds et parfois des armes. Ils organisaient la défense des algériens prisonniers et torturés. Ils permettaient la fuite à l’étranger des déserteurs et des insoumis. Cela est plus ou moins connu.

Ce que l’on sait moins, c’est qu’un mouvement de solidarité semblable existait en Belgique. Ce que l’on ignore presque toujours, c’est que des belges avaient aussi décidé de s’engager aux côtés des algériens qui se battaient pour leur indépendance. Officiellement d’abord par un combat politique et publique pour tenter d’influer sur l’opinion et le gouvernement belge. Sur le plan judiciaire, humanitaire, médical pour assister les détenus algériens en France et en Belgique et pour empêcher les expulsions et les extraditions vers la France de ceux qui étaient arrêtés en Belgique. Mais il y avait aussi une aide clandestine, celle de réseaux équivalents aux « porteurs de valise ». Ils jouèrent un rôle important dans le déroulement du combat du FLN. Notamment lorsque les réseaux français furent démantelés par la police à partir de 196O. Jeunes bourgeois ou marginaux, intellectuels et syndicalistes, chrétiens et laïcs, isolés ou organisés: ils furent plusieurs centaines en Belgique à apporter leur aide au FLN. Une aide ponctuelle ou systématique avec plus ou moins de conscience des risques qu’ils prenaient, ces hommes et ces femmes furent, à leur manière, les combattants de l’ombre de la lutte anticolonialiste. A travers le récit de quelques épisodes publiques ou clandestins, ce film raconte l’histoire et les raisons d’agir de quelques-uns d’entre eux.

Ce contenu a été publié dans Blog. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *